lesobliques

On l’a déjà dit sur ce site, le jazz laisse à l’auditeur ses propres capacités de jugement et compte avant tout sur ses possibilités sensorielles. C’est une musique à la porosité native et ça la rend tellement difficile à définir. Elle a pu participer à l’émergence de courants tels la funk ou le hip hop, il maintient, aujourd’hui encore, des liens forts avec le rock, le blues, le groove mais aussi l’électro, la musique contemporaine ou ses racines traditionnelles venues d’Afrique ou des Caraïbes.  Alors LeBloc a rejoint La Vapeur sur sa proposition de faire se percuter joyeusement des groupes et des esthétiques qu’on finirait par rassembler dans un même plaisir auditif.


La Vapeur
42 avenue de Stalingrad, 21000 Dijon
20H / Tarifs Vapeur / Bar

LES OBLIQUES #1

10 septembre 2020

Anthony LAGUERRE,

Sa puissance de chamane en bordée n’est pas loin de rappeler ce que peux faire Colin Stetson au sax baryton. Le nancéien sait très bien combiner groove hypnotique, petits drones télécommandés et frottements en tout genre. Myotis, son solo de bastoche, est un déluge sonore magistral. Ça cogne contre le silence, ça joue avec les résonances, ça vous englobe le corps et l’oreille. Avec force et tendresse.

Yin Yin

Convoquant les rythmes thaïs et vietnamiens des années 60-70, il est pourtant batave. Yīn Yīn a pioché des sons venus d’ailleurs dans les bacs à vinyles pour créer une disco mondiale dansante et réjouissante. Ficelant leur très attendu premier album au pied d’une montagne nommée Alpaca Mountain, ce jeune groupe a déjà livré deux 45t vinyls qu‘on pourrait qualifier de funky-asiatico-tropicaliste merveilleux. Simplement.